tunnel-rove-port-estaque-500x284

Tunnel du Rove : Ségolène Royal veut accélérer le processus

D'un côté, l'étang du Bolmon, et l'étang de Berre. En mauvais état. De l'autre, la mer, au niveau de l'Estaque. En meilleur état. Au milieu, le tunnel du Rove, de sept kilomètres de long, obstrué par un éboulement depuis le 16 juin 1963.

Depuis bientôt vingt ans, la réhabilitation complexe de l'étang de Berre, et surtout de sa partie sud, plaide pour sa réouverture. Pas à la circulation des bateaux, mais à celle de l'eau de mer qui, via un système de pompe, serait puisée côté Marseille, avant de rejoindre le Bolmon, puis l'étang.

Mais ce système de pompage, imaginé depuis des années, en est encore au stade des études. La première, rendue l'automne dernier par le cabinet "Egis", a fait bondir élus et associations : d'un coût dépassant les trente millions d'euros, il avait été jugé disproportionné. Depuis, le sous-préfet d'Istres a mené d'autres réunions, via le comité de pilotage qu'il préside, qui ont permis de proposer des solutions moins coûteuses.

Alors que les 31M€ correspondaient à un début de 20m3/secondes, deux autres débits sont possibles, l'un de 4 m3/secondes et l'autre de 10, aux coûts respectifs de 13 et 21M€.

C'est pour déterminer le meilleur scénario que Ségolène Royal a envoyé deux inspecteurs généraux auditionner les services de l'État, élus, associations et spécialistes, comme le Gipreb. La ministre de l'environnement considérerait qu'il faut désormais "avancer au plus vite", et accélérer un dossier "qui a trop tardé".

Chacun pousse maintenant vers la solution qu'il privilégie. Comme de nombreuses associations, et en particulier la coordination "Etang marin", managée par Bernard Niccolini, le Gipreb a pris position : "Dès 2002, rappelle l'institution, le Gipreb était convaincu que des débits de 4m3/seconde seraient insuffisants pour produire des effets significatifs sur les trois masses d'eau." Le Gpreb estime même qu'il s'agit d'une "pseudo-solution", qui permettrait "une amélioration de la situation de l'étang de Bolmon, mais certainement pas d'effets sur l'étang de Berre."

source : La Provence

tunnel-du-rove